Résumé

Mercredi 7 février 2018 Liliane Alfonsi - « La diffusion des mathématiques au XVIIIe dans les manuels d’enseignement : Du « pourquoi ? » au « comment ? »

Au 17e et au 18e siècle, les mathématiques, en dehors des écoles militaires, sont très peu enseignées. Dans les collèges et les universités, qui réunissent la grande majorité des élèves, on ne fait des mathématiques qu’en dernière année de collège, l’année de Philosophie. Pendant cette unique année, la part réservée aux mathématiques est de 1/20e du temps scolaire en 1700, puis près du tiers vers 1730, pour finir à 50 % à la fin de l’Ancien régime. Si les enseignants utilisaient des ouvrages pour faire leurs cours, ils dictaient ce dernier dans leurs classes, et les manuels imprimés de mathématiques pour les élèves étaient encore pratiquement inexistants. Certains auteurs commençaient à en écrire et éprouvaient la nécessité de justifier longuement cette écriture et l’enseignement des mathématiques, dans leurs préfaces. Nous allons nous intéresser à ces justifications et voir comment elles vont peu à peu disparaître dans les préfaces, au profit de considérations pédagogiques que nous analyserons. C’est, chronologiquement, à travers quatre auteurs : Bernard Lamy (1640-1715), Dominique François Rivard (1697-1778), Alexis-Claude Clairaut (1713-1765) et Étienne Bézout (1730-1783) que nous donnerons à voir ce passage du pourquoi apprendre au comment apprendre les mathématiques, en le contextualisant aussi bien dans les différentes périodes du XVIIIe siècle, que dans les différents lieux d’enseignement.

Adresse

Le mercredi à 14 heures à l'Institut Henri Poincaré 11 rue Pierre et Marie Curie, 75005 Paris

Autres Informations

Intervenant

Liliane ALFONSI

Université Paris Sud, Laboratoire EST-GHDSO